vendredi 17 février 2017

Les blogueurs et Benoît Hamon...

Quelques poids lourds de la blogosphère de gauche s'engagent à soutenir Benoît Hamon.

Le dernier en date et non des moindres est Nicolas, (très actif dans l'équipe web de François Hollande en 2012) et number one  pendant de très longs mois du classement des blogs politiques au classement Wikio.
Depuis quelques semaines, son cœur  balançait entre Macron et Hamon. Les déclarations du candidat  d'En Marche, à propos du mariage pour tous ont été suffisantes pour que Nicolas fasse son choix. Sa conclusion est suffisamment claire et éloquente : Macron n'est pas un progressiste. C'est un type qui ne comprend visiblement rien au processus législatif. Qui n'est pas progressiste est nécessairement réactionnaire. Alors qu'il passe pour moderne. Il va griller sa campagne. Lire  l'intégralité de son billet Macron dit des conneries, je choisis Hamon ! Hop !


Autre soutien de poids avec Melclalex. Cet ancien soutien d'Arnaud Montebourg  aux dernières primaires a très bien joué le jeu fixé par le PS qui voulait que les perdants se rangent derrière le vainqueur afin de faire barrage à François Fillon et au FN. Melclalex, qui lui aussi,  était dans l'équipe web de François Hollande en 2012 est très actif sur les réseaux sociaux. Suivez-le !

Arnaud Mouillard,  ce blogueur très actif en Normandie et en France a soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du PS. Arnaud blogue depuis 2005. C'est vous dire la perspicacité du jeune homme ! Ses engagements sur Twitter et Facebook sont également des modèles du genre.

Rajout de dernière minute : CyCee BAH blogueuse émérite ne manque pas dans son billet du jour, Revenu universel : (utopie) utile ! d'apporter également sa pierre à l'édifice. Sa conclusion sur le revenu universel est limpide : Bref, ce débat est stimulant. Il permet de penser la société et ses évolutions ! Et rien que pour cela, on peut soutenir Hamon ! Non ? Allez la lire !

Cette liste n'est absolument exhaustive et si vous aussi, vous soutenez  Benoît Hamon, faites-le moi savoir en commentaire, ce sera l'occasion d'un nouveau billet.

26 commentaires:

  1. Voilà, merci. Je ne vais pas tarder à sortir un billet ... qui risque de piquer un peu.
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Il est d'autant plus confortable de soutenir Hamon (venez tous admirer mon beau plumage de vraie gauche !) que tous ceux qui se déclarent en sa faveur savent pertinemment que ses chances d'être élu avoisinent le zéro.

    Les joies tranquilles des propositions décoiffantes dont on sait qu'on aura jamais à assumer les conséquences… le doux bonheur de s'entre-congratuler…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas, je vais soutenir Fillon à qui il reste des chances de gagner.

      Supprimer
    2. M. Goux exagére un poil. Mais je suis d'accord avec lui. Peux-t-on imaginer Hamon ou Mélenchon au second tour avec un vote massif d'adhésion sur leur projet ? Je ne le crois pas.

      Supprimer
    3. Cher Didier, J'ai souvent préféré les outsiders, que ce soit chez les canassons ou les hommes politiques. Vous me rétorquez, que l'on peut trouver des tocards et des morveux dans les deux catégories. Sur ce, je m'empresse de vous emboiter le pas.

      Supprimer
    4. Nicolas : Les chances de Fillion me semblent désormais à peine plus épaisses que celles de votre champion. À moins que Macron n'explose en vol (ce qui serait tout à fait mérité) et qu'il ne reste plus que lui en face du bar de la Marine.

      Monsieur Burlot : j'exagère toujours ; c'est ce qui fait ce charme délicieusement nauséabond qu'on me reconnaît généralement.

      Yann : Il vaut toujours mieux emboîter le pas que se déboîter la cheville.

      Supprimer
    5. À propos de Fillion, cette phrase piquée à l'instant dans un article de Causeur : « D’après les sondages, ses deux concurrents les plus redoutables sont Marine Le Pen, qui nous propose une sauvegarde nationale et une catastrophe économique, et Emmanuel Macron qui nous propose une sauvegarde économique et une catastrophe nationale, pour autant qu’on puisse deviner ses obscurs desseins. »

      Supprimer
    6. Didier,

      Je suis persuadé que Fillon va gagner.

      Supprimer
    7. Didier : l'un n'empêche pas l'autre, sauf pour les culs-de-jatte, bien entendu.
      Nicolas : Il faut que tu arrêtes tout de suite les eaux gazeuses.

      Supprimer
    8. Fillon a de raisonnables chances de gagner, en effet… à condition de demeurer candidat. Mais enfin, depuis quelque temps, çà ou là, les candidats-sûrs-de-gagner, on a vu ce qui leur est arrivé…

      Supprimer
    9. C'est pour cela qu'une victoire d'Hamon n'est pas à écarter...

      Supprimer
    10. Lorsqu'une civilisation s'effondre (on a des exemples dans le passé), par définition rien n'est à écarter. De ce point de vue, je trouverais même assez logique qu'un Hamon ou qu'une Le Pen, arrive à l'Élysée. (Ce qui se fera probablement sans moi : je suis, plus qu'aux trois quarts, décidé à ne plus voter).

      Supprimer
    11. Vous faites de l'humour facile (j'aurais fait le même à votre place). Vos derniers (et rares…) billets me confortent dans l'idée que vous-même êtes dans un une sorte de désarroi sans solution : quand on en arrive à "hésiter" entre un Macron et un Hamon, c'est qu'on a “acté” (je cause le modernœud couramment) que la gauche et la droite ont vécu, qu'il s'agit de notions du siècle qui est derrière nous. Et que l'on en est réduit à se raccrocher, finalement à des valeurs qui remontent à notre jeunesse et ont totalement cessé d'être (ce qui, finalement, est sympathiquement réactionnaire, c'est-à-dire exactement vous : si je devais vous définir, je dirais volontiers : "sympathiquement réactionnaire"…). C'est ce qui vous amène à, si je puis dire, vous accrocher au pinceau alors qu'on vous a enlevé l'échelle. Par exemple, en votant Macron pour “barrer la route à la droite”, comme on dit chez vous, alors que, évidemment, Macron n'est ni de droite ni de gauche, ni d'ailleurs de nulle part selon ces vieux repères géographiques : il est furieusement et totalement post-moderne, c'est-à-dire, en gros, fossoyeur ravi. Et que, votant pour lui, in fine, si jamais il se trouvait opposé au second tour à Fillon ou Le Pen, vous arriveriez encore à vous faire croire que vous avez "barré la route à la droite". Or, ce faisant, vous ne barreriez la route à rien du tout, vous entérineriez simplement l'écroulement en cours ; lequel aura lieu tout aussi bien avec Macron qu'avec Le Pen, ou même avec Hamon, ou avec Fillon.

      (J'avais encore un truc à vous dire, mais, m'étant interrompu pour aller tirer quelques bouffées de pipe dans mon jardin, j'ai oublié qui.)

      Et pour avoir à ce point occupé son terrain, je demande bien pardon à M. Yann, ce Superbe Breton aux traits burinés par le grand large, dont je rêverais sûrement de me blottir contre la mâle poitrine, si Dieu m'avait pctroyé la grâce de me faire naître pédé comme un phoque.

      Supprimer
    12. On dit pédé colle un phoque, bordel. Parce qu'il prend je cent pas derrière. Vous avez déjà enculé un phoque, vous à part le vieux beau Savidan ?

      Pour le reste, je ne fais que soutenir un propos d'Hamon, son rapport à la baisse du travail.

      Supprimer
    13. Didier, que vous utilisiez mon blog pour échanger et faire valoir quelques intelligentes idées, soit, mais que vous veniez y faire des déclarations câlines à mon intention est une chose qui relève d'autres chapelles que la mienne. Au risque de vous décevoir, et je sais que ça va vous gâcher le dimanche, ma mâle poitrine comme vous le dites, n'a accueilli jusqu'à ce jour, que des femmes. Il serait fort étonnant qu'un changement d'orientation sexuelle, me gagne maintenant. Pour vous consoler, je vous conseille les bras tendres et énamourés de Dame Catherine.

      Nicolas : Didier zoophile ? Tu crois ? Là, le doute m'habite !

      Supprimer
    14. Je n'aurais pas du commenter avec deux grammes. Je reprends :

      On dit pédé comme un foc, bordel. Parce qu'il prend je vent par derrière. Vous avez déjà enculé un phoque, vous à part le vieux beau Savidan ?

      Supprimer
    15. Oui. Il était tôt. Ils restaient du midi.

      Supprimer
  3. Merci Yann ;-)
    ne manque le lien vers mon blog :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhoo, vraiment désolé, j'avais bien évidement l'intention de le placer, mais un oubli. Oups, pardon !

      Supprimer
  4. Je n'ai pas encore compris de qui Hamon était le candidat. De Valls et El Khomri dont il ne récuse pas la candidature à la députation ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la gauche unie. Tu soutiens Mélenchon, le seul à n'avoir aucune chance au deuxième tour face à MLP. Une espèce de dictateur qui a encore voulu fixer tout seul les règles du jeu.

      Il finira à 10%. Hop '

      Supprimer
    2. Juan, est-ce que la question doit se poser de cette façon ? Je n'en suis pas persuadé. L'essentiel n'est-il pas tout simplement dans le contenu de son programme ? Après, qu'il soit le candidat de Valls ou d'El Khomri, peu importe, puisqu'il a été le candidat légitimement porté par les électeurs de gauche.

      Supprimer
  5. Je vais sans doute voter Hamon comme mes gros collègues poids-lourd parce que je ne me vois pas voter pour quelqu'un d'autre. Mais je ne suis pas super convaincu pour le moment.

    RépondreSupprimer