Plaidoyer pour la radio

Pendant plusieurs semaines, j'ai été privé d'une vue correcte pour regarder la télévision. Je ne suis certes pas un cow-boy de la zapette, mais il m'arrive de temps à autre de regarder les informations, quelques débats et je dois l'avouer quelques matchs de football de l'équipe fanion des Côtes d'Armor, En Avant de Guingamp.
Comme je ne pouvais non plus, lire la presse, j'ai trouvé un agréable refuge en écoutant la radio. J'ai (re)découvert ce mode fantastique de communication. 

Bien naturellement, j'ai pensé à cette époque où j'officiais en studio, derrière le micro et au fameux Nagra avec lequel, j'ai enregistré de nombreux hommes politiques et personnalités célèbres. Souvenirs savoureux.

Après plus d'un mois, ayant retrouvé une vue plus que correcte, il m'est de nouveau possible de regarder le petit écran. Je crois que mon divorce est définitivement consommé avec la télévision. Pendant toutes ces heures à écouter la radio, j'ai appris à entendre et à laisser mon imaginaire faire le reste. Le haut professionnalisme des reporters pour évoquer les débats qui animent  le monde, est d'une qualité remarquable. Ma préférence a été à France Culture, j'avais oublié la qualité des intervenants, la richesse des sujets, le niveau de connaissance des intervenants.

Féru d'information, j'avoue avoir été servi avec France-Info ; sur cette même fréquence, je retrouve chaque matin l'ami Guy Birenbaum et ses chroniques matinales (la radio lui va si bien).

Comme beaucoup, avant, j'écoutais la radio dans la voiture, pour me rendre au travail ou dans d'autres déplacements, mais cette écoute était furtive. Tandis que là, dans cette disette d'images télés, l'écoute reprenait tout ses sens : informatifs, ludiques, créatifs...

Il me sera désormais de plus en plus compliqué de consommer des produits télévisuels.  J'ai encore en mémoire cette théorie développée par Patrick Le Lay,  alors patron de TF1 : Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective 'business', soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit.[…] Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible.[…] Rien n'est plus difficile que d'obtenir cette disponibilité. C'est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l'information s'accélère, se multiplie et se banalise…
Désolé messieurs de la téloche, je n'ai plus de temps de cerveau disponible pour vous et vos produits.