Si tu ne connais pas encore Lars Danielsson...

C'est Gégé qui m'a envoyé un texto du genre : si tu ne connais pas encore Lars Danielsson, c'est que tu as raté ta vie. Il n'en fallait pas plus pour que je parte à le découverte de cet artiste. FIP et France Musique s'intéresse de près et depuis très longtemps à ce contrebassiste suédois né en 1958. C'est Wikipédia qui nous en apprend le plus sur ce musicien.
En fouillant sur le net, j'ai découvert cette vidéo en live de Lars Danielson. J'avoue être bluffé  par sa façon tout à fait singulière de jouer de la contrebasse. Il s'en sert comme d'une guitare et l'effet est tout à fait saisissant. Son compère pianiste Leszek Mozdzer entre en scène avec un jeu des plus virevoltant, ce qui donne à Suffering une dynamique venue d'un autre ailleurs. Le percussionniste apporte une dynamique irréprochable à l'ensemble du morceau.

Lars Danielson aborde la musique d'une façon qui me séduit. Beaucoup devraient s'en inspirer : Comprendre la musique est toujours une question de sincérité. Si vous pensez trop pendant que vous jouez, le récit, l'authenticité, l'essence de la musique peut être perdue. C'est pourquoi il semble si naturel de jouer et écouter du jazz, parce que tout ce que vous devez faire est d'ouvrir votre cœur, vous imprégner de la musique et profiter de la balade. A vrai dire, c'est le cas pour tous les types de musique, parce que la musique devrait toujours venir du cœur et non pas de la tête," déclare Lars Danielsson.

Lorsque l'Angélus de St Emilion est là...

Il est possible d'écrire toute une prose sur l'oenologie. 
Bacchus a vanté les vertus et les mérites du vin bien avant moi. 

J'ai juste envie d'évoquer ici un moment de partage - de solennité autour de cet Angélus. né à St Emilion en cette fameuse année 2001.

Solennité disais-je parce que le breuvage est rare et ne se partage que pour une grande occasion. Cela a été le cas il y a quelques jours parce que c'était une belle fête. Mais une belle fête ne peut se faire, à mon sens qu'avec un ami ou deux ou trois, parce qu'avec plus de quatre, comme le disait Brassens, on est une bande de cons.  A vin exceptionnel, moment exceptionnel !

Certes, je n'en demande pas d'identiques tous les jours mais au moins lorsque l'Angélus paraît, je sais le découvrir, l'observer, le humer puis m'enivrer ensuite de ses nectars secrets profonds subtils et savoureux.
Lorsque l'amitié est là en partage - lors seuls les regards évoquent le bonheur et les paroles frôlent l'inutile.

Droit à l'image : ce que dit la loi

Aujourd'hui, nombreux sont ceux  qui possèdent un téléphone portable équipé d'un appareil photo. Il est donc très facile de faire des clichés à n'importe quel moment, dans n'importe quel endroit, sur n'importe quel sujet. 

La tentation est très forte de déclencher à tout va et avec les sites comme Flickr et autres réseaux en ligne (Instagram, Facebook, Twitter), la diffusion d'images est simplifiée. Il n'en résulte pas moins que le fait de prendre  en photo des personnages dans la rue,  dans une soirée privée, dans une manifestation publique, fait appel à une législation qui s'appelle le droit à l'image.

Prenons un exemple ciblé : 
Je photographie une scène de manifestation dans les Côtes d'Armor : 

Que dit la loi sur le droit à l'image ? Dans le cas des événements d'actualité et manifestations publiques on retrouve le même principe : une photographie peut être publiée sans l'autorisation des personnes à condition de ne pas dépasser les limites du droit à l'information. Ce principe a été clairement posé par les tribunaux : si l'autorisation devait être systématique, toute publication de photo de foule ou manifestation publique pour illustrer un reportage serait impossible. La jurisprudence est sans cesse balancée entre droit à l'information et droit à l'image, ce qui crée des incohérences dans les jugements. Mais depuis quelques années, de plus en plus de procès sont intentés par des particuliers demandant réparation suite à la publication de leur photo à l'occasion d'un événement d'actualité ou d'une manifestation publique. Et il semble que la tendance soit plutôt à favoriser le droit à l'image, soit à donner raison aux particuliers

L'on voit bien ici toutes la difficulté de mettre en ligne ou de diffuser ce genre de cliché.  "Nul n'est censé ignorer la loi" dit l'adage. Pour être complètement informé, il est utile de visiter le site dédié sur le droit à l'image.


Plaidoyer pour la radio

Pendant plusieurs semaines, j'ai été privé d'une vue correcte pour regarder la télévision. Je ne suis certes pas un cow-boy de la zapette, mais il m'arrive de temps à autre de regarder les informations, quelques débats et je dois l'avouer quelques matchs de football de l'équipe fanion des Côtes d'Armor, En Avant de Guingamp.
Comme je ne pouvais non plus, lire la presse, j'ai trouvé un agréable refuge en écoutant la radio. J'ai (re)découvert ce mode fantastique de communication. 

Bien naturellement, j'ai pensé à cette époque où j'officiais en studio, derrière le micro et au fameux Nagra avec lequel, j'ai enregistré de nombreux hommes politiques et personnalités célèbres. Souvenirs savoureux.

Après plus d'un mois, ayant retrouvé une vue plus que correcte, il m'est de nouveau possible de regarder le petit écran. Je crois que mon divorce est définitivement consommé avec la télévision. Pendant toutes ces heures à écouter la radio, j'ai appris à entendre et à laisser mon imaginaire faire le reste. Le haut professionnalisme des reporters pour évoquer les débats qui animent  le monde, est d'une qualité remarquable. Ma préférence a été à France Culture, j'avais oublié la qualité des intervenants, la richesse des sujets, le niveau de connaissance des intervenants.

Féru d'information, j'avoue avoir été servi avec France-Info ; sur cette même fréquence, je retrouve chaque matin l'ami Guy Birenbaum et ses chroniques matinales (la radio lui va si bien).

Comme beaucoup, avant, j'écoutais la radio dans la voiture, pour me rendre au travail ou dans d'autres déplacements, mais cette écoute était furtive. Tandis que là, dans cette disette d'images télés, l'écoute reprenait tout ses sens : informatifs, ludiques, créatifs...

Il me sera désormais de plus en plus compliqué de consommer des produits télévisuels.  J'ai encore en mémoire cette théorie développée par Patrick Le Lay,  alors patron de TF1 : Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective 'business', soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit.[…] Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible.[…] Rien n'est plus difficile que d'obtenir cette disponibilité. C'est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l'information s'accélère, se multiplie et se banalise…
Désolé messieurs de la téloche, je n'ai plus de temps de cerveau disponible pour vous et vos produits.

Paris Magnum à l'Hôtel de Ville de Paris.

Les passionnés de photographies et d'histoire, ne vont certainement pas manquer cette exposition de l'Hôtel de Ville de Paris.

Depuis quatre-vingts ans, les photographes de Magnum Photos – Cartier-Bresson, Capa, Riboud, Parr, Depardon… – accompagnent de leur regard les métamorphoses de Paris et de ses habitants
Un témoignage sensible et exigeant, présenté au fil de 150 clichés, jusqu'au 28 mars 2015, à l’Hôtel de Ville. Témoins sensibles de leur temps, les photoreporters de Magnum Photos immortalisent quatre-vingts ans d’histoire de Paris.

En décidant, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de devenir les propriétaires exclusifs de leurs images, les membres de Magnum Photos ont contribué à faire évoluer le rapport à la photographie.
Choix des reportages, sélection des clichés, contrôle de la diffusion… : leur exigence a transformé le statut du photographe et la place réservée à son œuvre.

À la fois témoins et artistes de leur temps, les photoreporters de Magnum Photos ont accompagné les mutations du xxe siècle. Avec l’exposition  Paris Magnum , à travers leur regard, se déroulent près de quatre-vingts ans de l’histoire de Paris : les révolutions comme les petits conflits, les moments de grâce comme les instants tragiques, les célébrités et les grands hommes comme les anonymes.

La liesse et le poing dressé du Front populaire font écho au dur monde du travail des années trente. Les lendemains de la guerre sont encore marqués par l’inquiétude et la misère. Puis, viennent les années pop et Mai 68 qui enflamment les rues et les esprits. 

Plus tard, Libé  s’impose dans le paysage journalistique et Nuit Blanche fait de la capitale un musée à ciel ouvert. Personnage à part entière de l’exposition, Paris s’y dévoile en perpétuelle transformation. Les grands ensembles modifient en profondeur la silhouette de la ville. Les institutions culturelles font aussi le pari de la modernité. Le Louvre affiche sa pyramide et le Centre Pompidou, son architecture novatrice. La Défense impose sa Grande Arche dans le paysage et annonce le Grand Paris, preuve de la soif de vivre toujours renouvelée de la capitale.

Méditerranée par Raymond Depardon

C'est grâce à France Culture et plus particulièrement à Philippe Honoré de la librairie Honoré de Champigny sur Marne que j'ai plaisir à présenter ce livre de photographies de Raymond Depardon
En effet cette semaine, le libraire avait carte blanche pour présenter ses coups de coeur. Ce matin il a fait un focus sur Méditerranée de Raymond Depardon.

A propos de ce livre, on peut lire sur la page de Xavier Barral, l'éditeur : Du Liban des années 1960 à Marseille aujourd’hui, en passant par Alexandrie, Valence, les plages de Palavas, Naples et Rimini, Raymond Depardon nous offre un moment si doux en Méditerranée composé de photographies pour la plupart inédites. À l’occasion de l’exposition présentée au MUCEM, Raymond Depardon s’est replongé dans ses archives et a selectionné plus de 80 photographies prises sur le pourtour méditerranéen. Toujours en prise avec le réel, le photographe pose un regard à la fois aigu et bienveillant sur cette région. Il nous fait revivre, en couleur et en noir & blanc, ce concentré de Méditerranée à travers les époques. Les nouvelles prises de vue en couleur que Raymond Depardon a réalisées à Marseille au printemps 2014 apparaissent en dernière partie du livre.

Par ailleurs, le MuCEM (Marseille) accueille une exposition temporaire Raymond Depardon / Un moment si doux jusqu'au 2 mars 2015. heureux seront les visiteurs de cette exposition  ! 

Mais pourquoi diantre, aucune de ces belles choses ne se passent-elles pas en Bretagne ?

J'aime le premier EP de Part-Time Friends

Il ne faut pas dix secondes pour être accroché par le premier titre Art counter de l'EP de Part-Time Friends.  Merci Xavier !

C'est  presque tout dire sur le plaisir de la voix bien singulière de Pauline et  de la guitare de Florent. Certes la langue de Shakespeare est à l'honneur, mais ce n'est jamais un problème tout au long des quatre titres.  Le duo vocal dans Keep on walking est d'un juste équilibre et des plus agréables. 

 Autour de Pauline et Florent, le bassiste britannique Will Taylor et l'ami de longue date et multi-instrumentiste Clément Doumic (Feu ! Chatterton). Tour à tour aérienne, acoustique et abrasive, ou immédiate et sans contrainte, la musique de Part-Time Friends met en lumière un groupe riche de nombreuses facettes et qui a plus d'une corde à son arc. 

Part-Time Friends sera en concert le 12/03/15 au Théâtre des Etoiles à Paris.

Vous voulez être séduit ? Je vous propose ce clip réalisé par Théo Gosselin et Lucas Hauchard
1er extrait de l'EP des Part-Time Friends, maintenant disponible en pré commande
Télécharger "Art Counter" sur Itunes : http://bit.ly/ZZiCUW


Le gouffre à Plougrescant

Le premier coup de vent de cet hiver était prévu la semaine dernière.  Jour de chance pour les photographes.
Le gouffre de Plougescant est l'un des plus beau endroit des Côtes d'Armor pour assister à ce spectacle.
Un temps à écouter du Wagner !

A quoi vous attendre ici ?

Enfin ! Prendre le temps.


Désormais en grandes vacances, je savoure le plaisir de me retrouver sur la toile et d'écrire sur ce qui m'intéresse et de vous les faire partager.  J'ai le privilège de résider à quelques kilomètres de la mer et depuis quelques mois je navigue bien plus qu'avant. Sur ce nouveau blog, il sera donc question de ballade en mer, mais aussi de musique, de bouquins, de photographies et surtout de billets de rien comme l'écrivent à souhait Didier et Nicolas.

Oh, je n'ai nullement l'intention ici de m'épancher sur la chose politique. J'ai donné, c'était de bon coeur, mais je n'ai ni le temps, ni l'envie de consacrer du temps à ce sujet. J'en connais trop les méandres et dédales...  Et puis, il y a tellement de belles choses dont j'ai envie de parler et donc de partager, que je ne vais pas me priver. Cependant, il m'arrivera,  de temps à autre de décocher quelques coups de griffe. Quelques grandes causes et âneries de l'humanité et de l'être humain ne me laissent pas sans réaction. Heureusement. 

Le concert de Yelle à la Gaîté Lyrique

Les costarmoricains, plus que les autres peut-être devraient très nombreux à regarder le concert de Yelle à la Gaîté Lyrique. 

Ce concert Arte a été enregistré le 16 de ce mois.

Effrontée et mordante, Yelle scande des textes en français bien pensés sur des mélodies électro-pop colorées. L’ultra provocant Je Veux Te Voir, où elle répond de manière cinglante aux textes de Cuizinier le chanteur de TTC, l’a fait connaître grâce à Myspace en 2006. Yelle, alias Julie Budet, revient en 2011 accompagnée du bassiste GrandMarnier et du claviériste Tepr pour Safari Disco Club, un album entre électro et disco aux accents dada, qui révèle un univers impertinent voilé de candeur.

Complètement Fou sorti en septembre 2014, fait étinceler des mélodies travaillées qui détournent la pop culture et scintillent d’audace et de subversion.
2014 est l'année de son retour avec un troisième album, Complètement fou, azimuté et ultra-pop.

"Complètement fou". En plus de contribuer à décrire la pop électronique de Yelle, allègrement folle, c'est une expression parfaite pour qualifier la progression atypique du groupe. Il a pris son temps entre des albums qui l'ont propulsé sous les feux de la rampe, a mis un point d'honneur à chanter toutes ses chansons pétillantes dans sa langue natale, s'est moqué de ses pairs, a tourné à plusieurs reprises dans le monde entier et ne s'est fait rattraper par aucune mode. Et aujourd'hui (le 29/09), Yelle publie un album produit par Dr. Luke et son équipe. Complètement fou donc !